De précieux artefacts

Ma passion pour les beaux objets m’entraîne parfois, dans des commerces insolites. Ce fut le cas, quand je cherchais un miroir pour mon salon. J’avais entrepris d’en changer complètement la décoration, et je voulais avant tout que la clarté soit présente dans cette pièce. Au début, lors de mon aménagement, j’avais opté pour une décoration épurée, inspirée par le design du nord de l’Europe. Des meubles en bois blond, des peaux de moutons et un blanc immaculé étaient les notes que j’avais ajoutées dans cette ambiance qui manquait de chaleur. Je me suis rapidement lassée de ce courant de décoration. Les couleurs me manquaient. J’ai donc repeint mon plafond en jaune et les murs en beige. Une touche de rouge fut le petit plus qui cassait l’ambiance presque monochrome. Ce fut une console en bois laqué qui l’apporta. Typique des meubles chinois du début du vingtième siècle, elle est élégante et gracieuse.

Ce fut en cherchant une bonne adresse de médecine esthétique sur Internet que j’ai vu une publicité pour cette boutique de décoration. Leur catalogue était plein de ces menus artefacts que j’admire par-dessus tout. Des coupelles en bambou, des miroirs entourés de cadres en cuivre, des rideaux brodés de motifs végétaux, voilà quelques-unes des références qui m’ont plu. Je me suis déplacée jusqu’à ce commerce pour juger par moi-même si les objets vendus étaient de bonne qualité. C’était un vendredi en fin d’après-midi. Je n’aurais jamais pensé que je croiserais Jeanne dans la rue. Elle revenait d’un rendez-vous chez le coiffeur. Elle avait changé sa couleur de cheveux, et elle avait choisi d’avoir des mèches blondes. Je reconnus qu’elles étaient du plus bel effet dans sa chevelure et que cette nouveauté la rajeunissait.

Elle m’a parlé de Louis, son fils aîné. Il venait de partir en Malaisie. Il lui envoyait des photos de plages magnifiques et de jardins botaniques merveilleux. J’ai donc discuté avec mon amie jusqu’à ce que je regarde l’heure d’inscrite sur ma montre. La boutique fermait dans moins de vingt minutes, je devais me dépêcher si je voulais prendre le même soir mon nouveau miroir. J’ai donc proposé à Jeanne de m’accompagner. De plus, je voulais son avis sur ce que je m’apprêtais à acheter. Elle fut surprise de découvrir de si beaux objets. Elle repartit avec un plateau en hêtre, peint en blanc, et des photophores. Quant à moi, j’ai trouvé tout ce que je souhaitais.