Rose

Rose - Willa Galindo

Le printemps arrive, et je pense au mot rose. Je réfléchis sur quelques-uns des sens de ce mot. Sans intention précise, tandis que je reçois un soin de juvederm Montreal, j’aligne ces signifiants, comme un peintre créerait son tableau. Je commence le décor avec le prénom d’une fille, qui se promène dans un jardin de Roses, en pensant à la rose des vents, et fredonnant des chansons de roses, mélancoliques, ou heureuses.

En respectant le nombre d’or, une belle fille est représentée. Elle s’appelle Rose. Ce prénom féminin évoque la pureté et la beauté. Les filles dont le prénom est Rose, font souvent preuve d’émotivité, de grande sensibilité, d’intelligence, et de finesse d’esprit. Ce prénom ancien, revient à la mode sous forme composée Emma-Rose, Lily-Rose, etc.

Ce personnage se promène dans un jardin de rosiers. Les Roses sont des fleurs si belles pour composer de beaux bouquets. Ces fleurs qu’on aime cultiver dans les jardins, et qui embellissent les journées par leur beauté et leur parfum. J’aime les rosiers, car ces arbustes faciles d’entretien, sont des plantes vivaces qui restent en terre, et fleurissent une année après l’autre. Les roses parfumées sont irremplaçables. Je déplore que les roses des fleuristes soient sans parfum, sans odeur. Ce marché de quatre millions de dollars, est généré par des productions dans des pays chauds, et l’expédition de roses coupées via des camions et avions. Elles ont voyagé et sont passées dans différents réfrigérateurs. Elles sont même cueillies avant maturité, et bien qu’elles soient toujours belles, elles perdent leur parfum.

Cette jeune fille nommée Rose qui se promène parmi les rosiers, se met à penser à La rose des vents. Cet instrument utilisé jadis par les marins phéniciens, grecs, et italiens, qui indiquait les quatre points cardinaux : nord, est, sud, ouest, et les huit vents, voir jusqu’à trente-deux directions. Cet outil permettait aux marins de se repérer lors de leurs déplacements. Tandis qu’elle songe à un voyage en paquebot, Rose fredonne plusieurs chants de roses. Tout d’abord, elle entonne la chanson émouvante des Roses blanches, chantée par Berthe Sylva. Les paroles reprisent par Céline Dion, évoquent l’histoire d’un petit garçon qui apportait les dimanches des roses blanches à sa maman qui était souffrante. Or, un dimanche, il arriva à l’hôpital, et sa mère était décédée. Ce chant arrache les larmes, car on s’identifie à ce jeune enfant qui espère voir sa mère, et qui se retrouve orphelin. Ensuite, sentant l’émotion, Rose entonne l’air d’Édith Piaf chantant la vie en rose, et l’amour dans sa vie, puis le chant de Gilbert Bécaud sur, l’important, c’est la rose, pour lutter contre les peines d’amour et la nostalgie.

Le tableau est conçu en ces quelques lignes, maintenant, il faut le représenter sur toile pour lui donner une dimension plus tangible. À vos pinceaux !